Normal view MARC view ISBD view

BASES DE DONNEES : DES RELATIONS IMPLICITES AUX RELATIONS CONTRAINTES / ZOE LACROIX ; SOUS LA DIRECTION DE STEPHANE GRUMBACH

Auteur principal : Lacroix, Zoé, 1966-...., AuteurAuteur secondaire : : Grumbach, Stéphane, Directeur de thèseLangue :de résumé, Français.Publication : [S.l.] : [s.n.], 1996Description : 166 P.ISBN : 2-7261-1003-7.Dewey: 005.756, 21Classification : 001.D.02.B.07.DRésumé : LE MODELE RELATIONNEL PRESENTE DES LIMITES DUES, D'UNE PART, AU POUVOIR D'EXPRESSION DU CALCUL RELATIONNEL, ET, D'AUTRE PART, A LA REPRESENTATION DES DONNEES. NOUS PROPOSONS DES GENERALISATIONS DU MODELE RELATIONNEL DANS CES DEUX DIRECTIONS. NOUS DEFINISSONS DE NOUVEAUX LANGAGES DE REQUETES (LOGIQUES IMPLICITES, ETC.) PERMETTANT, NOTAMMENT, DE DEFINIR DES REQUETES NON-DETERMINISTES. NOUS ANALYSONS LA COMPLEXITE DE CES REQUETES ET ETUDIONS LES DIFFERENTS NIVEAUX DE NON-DETERMINISME, TANT POUR LES DEFINITIONS QUE POUR LES CALCULS. EN PARTICULIER, NOUS MONTRONS QUE LES REQUETES DETERMINISTES DEFINIES AVEC UN CONSTRUCTEUR DE CHOIX DE RELATION COINCIDENT AVEC LES REQUETES IMPLICITES. NOUS PROPOSONS AUSSI DIFFERENTES TECHNIQUES POUR DEFINIR DES REQUETES DETERMINISTES A PARTIR D'OUTILS NON-DETERMINISTES. LE MODELE RELATIONNEL EST ADAPTE A L'INFORMATION THEMATIQUE (NOM, ANNEE, ETC.), MAIS NE CONVIENT PAS A L'INFORMATION SPATIALE. LES SYSTEMES D'INFORMATION GEOGRAPHIQUES USUELS SONT BASES SUR LE MODELE RELATIONNEL ETENDU A DES PRIMITIVES AD-HOC POUR TRAITER L'INFORMATION SPATIALE. LES RELATIONS DU MODELE BASE SUR LES CONTRAINTES LINEAIRES SONT DES ENSEMBLES DE N-UPLETS GENERALISES DE LA FORME 2X + 3Y 1 Y 5, REPRESENTANT DES ENSEMBLES DE POLYGONES. NOUS MONTRONS QUE CE MODELE PERMET DE REPRESENTER L'INFORMATION THEMATIQUE ET L'INFORMATION SPATIALE DANS UN CADRE HOMOGENE. NOUS INTRODUISONS DES LANGAGES DE REQUETES, TELS QUE L'ALGEBRE RELATIONNELLE DONT LA SEMANTIQUE EST ADAPTEE AUX ENSEMBLES DE N-UPLETS GENERALISES ET PROPOSONS DIFFERENTES TECHNIQUES D'OPTIMISATION.Bibliographie: 102 REF..Thèse : .Sujet - Nom d'actualité : Bases de données -- Interrogation ;Complexité de calcul (informatique) ;Systèmes d'information géographique ;Optimisation mathématique ;Bases de données relationnelles Sujet : Base de données ;LANGAGE D'INTERROGATION ;SGBDR
Current location Call number Status Date due Barcode
Centre de recherche en informatique
EM AI CI200-2011 Sur demande CRI03164D

1996PA112264

102 REF.

Thèse de doctorat SCIENCES APPLIQUEES Paris 11 1996

LE MODELE RELATIONNEL PRESENTE DES LIMITES DUES, D'UNE PART, AU POUVOIR D'EXPRESSION DU CALCUL RELATIONNEL, ET, D'AUTRE PART, A LA REPRESENTATION DES DONNEES. NOUS PROPOSONS DES GENERALISATIONS DU MODELE RELATIONNEL DANS CES DEUX DIRECTIONS. NOUS DEFINISSONS DE NOUVEAUX LANGAGES DE REQUETES (LOGIQUES IMPLICITES, ETC.) PERMETTANT, NOTAMMENT, DE DEFINIR DES REQUETES NON-DETERMINISTES. NOUS ANALYSONS LA COMPLEXITE DE CES REQUETES ET ETUDIONS LES DIFFERENTS NIVEAUX DE NON-DETERMINISME, TANT POUR LES DEFINITIONS QUE POUR LES CALCULS. EN PARTICULIER, NOUS MONTRONS QUE LES REQUETES DETERMINISTES DEFINIES AVEC UN CONSTRUCTEUR DE CHOIX DE RELATION COINCIDENT AVEC LES REQUETES IMPLICITES. NOUS PROPOSONS AUSSI DIFFERENTES TECHNIQUES POUR DEFINIR DES REQUETES DETERMINISTES A PARTIR D'OUTILS NON-DETERMINISTES. LE MODELE RELATIONNEL EST ADAPTE A L'INFORMATION THEMATIQUE (NOM, ANNEE, ETC.), MAIS NE CONVIENT PAS A L'INFORMATION SPATIALE. LES SYSTEMES D'INFORMATION GEOGRAPHIQUES USUELS SONT BASES SUR LE MODELE RELATIONNEL ETENDU A DES PRIMITIVES AD-HOC POUR TRAITER L'INFORMATION SPATIALE. LES RELATIONS DU MODELE BASE SUR LES CONTRAINTES LINEAIRES SONT DES ENSEMBLES DE N-UPLETS GENERALISES DE LA FORME 2X + 3Y 1 Y 5, REPRESENTANT DES ENSEMBLES DE POLYGONES. NOUS MONTRONS QUE CE MODELE PERMET DE REPRESENTER L'INFORMATION THEMATIQUE ET L'INFORMATION SPATIALE DANS UN CADRE HOMOGENE. NOUS INTRODUISONS DES LANGAGES DE REQUETES, TELS QUE L'ALGEBRE RELATIONNELLE DONT LA SEMANTIQUE EST ADAPTEE AUX ENSEMBLES DE N-UPLETS GENERALISES ET PROPOSONS DIFFERENTES TECHNIQUES D'OPTIMISATION

Powered by Koha