Normal view MARC view ISBD view

Lixiviation de la chalcopyrite en milieu chlorure [Texte imprimé] : contribution à l'étude de la cinétique et du mécanisme de la réaction en vue d'une mise en oeuvre industrielle / par Michel Bonan

Auteur principal : Bonan, Michel, AuteurAuteur secondaire collectivité : , Organisme de soutenanceLangue :de résumé, Français.Publication : [S.l.] : [s.n.], 1977Description : 1 vol. (147-[13] f.) : ill., graph., tabl. ; 30 cmDewey: 669.028 3, 21, freRésumé : La chalcopyrite est à l’heure actuelle le principal minerai sulfuré pour l’obtention du cuivre. Une revue bibliographique fait apparaître la diversité des agents chimiques utilisés ou proposés pour la lixiviation des sulfures de cuivre. Mais le seul problème n’est pas de dissoudre la chalcopyrite : il faut encore séparer et purifier le cuivre dissous ; l’ensemble de ces étapes compose un procédé hydrométallurgique. Les principaux procédés de traitement de la chalcopyrite sont décrits et l’accent est particulièrement mis sur ceux en milieux chlorure, qui ont l’intérêt de limiter l’oxydation du soufre du sulfure à l’état élémentaire. Les investigations concernant la lixiviation étant rares, il a paru intéressant d’étudier le milieu CuCl2, d’autant plus qu’il est utilisé dans plusieurs procédés industriels. L’étude a tout d’abord porté sur le couple Cu(II)/Cu(I) en milieu concentré en chlorure de sodium, concernant les courbes intensité-potentiel et la thermodynamique des solutions de chlorocomplexes de cuivre. Utilisation de 2 types de cellules avec comme principaux paramètres le potentiel de la solution, la concentration en chlorure, la température et la granulométrie. Parmi les modèles proposés pour décrire la cinétique observée, ceux du type diffusionnel, supposant que l'étape limitative est la diffusion des espèces à travers une couche de produit non poreux formée au cours de la réaction, correspondent le mieux aux résultats observés à température supérieure à 85° C. L'étude solide et quelques expériences complémentaires sont venues confirmer cette idée..Bibliographie: Bibliogr. f. 135-147.Thèse : .Sujet - Nom d'actualité : Cuivre -- Minerais ;Lixiviation -- Thèses et écrits académiques ;Chalcopyrite -- Thèses et écrits académiques ;Hydrométallurgie -- Thèses et écrits académiques Sujet : Hydrométallurgie ;Traitement minerai ;Minéralurgie ;Métallurgie List(s) this item appears in: doubles cellule 6
Current location Call number Status Date due Barcode
Bib. Fontainebleau
EMF 3913(046) Available
Bib. Paris
EMP 130.822 CCL.TH.284 Available

Bibliogr. f. 135-147

Thèse de docteur-ingénieur Chimie Lille 1 1977

La chalcopyrite est à l’heure actuelle le principal minerai sulfuré pour l’obtention du cuivre. Une revue bibliographique fait apparaître la diversité des agents chimiques utilisés ou proposés pour la lixiviation des sulfures de cuivre. Mais le seul problème n’est pas de dissoudre la chalcopyrite : il faut encore séparer et purifier le cuivre dissous ; l’ensemble de ces étapes compose un procédé hydrométallurgique. Les principaux procédés de traitement de la chalcopyrite sont décrits et l’accent est particulièrement mis sur ceux en milieux chlorure, qui ont l’intérêt de limiter l’oxydation du soufre du sulfure à l’état élémentaire. Les investigations concernant la lixiviation étant rares, il a paru intéressant d’étudier le milieu CuCl2, d’autant plus qu’il est utilisé dans plusieurs procédés industriels. L’étude a tout d’abord porté sur le couple Cu(II)/Cu(I) en milieu concentré en chlorure de sodium, concernant les courbes intensité-potentiel et la thermodynamique des solutions de chlorocomplexes de cuivre. Utilisation de 2 types de cellules avec comme principaux paramètres le potentiel de la solution, la concentration en chlorure, la température et la granulométrie. Parmi les modèles proposés pour décrire la cinétique observée, ceux du type diffusionnel, supposant que l'étape limitative est la diffusion des espèces à travers une couche de produit non poreux formée au cours de la réaction, correspondent le mieux aux résultats observés à température supérieure à 85° C. L'étude solide et quelques expériences complémentaires sont venues confirmer cette idée.

Powered by Koha