Normal view MARC view ISBD view

LES ECHANGES OCEAN-ATMOSPHERE DANS L'ATLANTIQUE SUBTROPICAL NORD-EST : APPORTS DE METEOSAT / OLIVIER BAUER ; SOUS LA DIRECTION DE L. WALD [ [Texte imprimé]]

Auteur principal : Bauer, OlivierAuteur secondaire : : Wald, Lucien, Directeur de thèsePublication : [S.l.] : [s.n.], 1996Description : 162 P.Résumé : LE TRAVAIL PRESENTE PORTE SUR L'ETUDE DES ECHANGES D'ENERGIE ET DE MATIERE, AU TRAVERS DU BILAN THERMIQUE NET A LA SURFACE OCEANIQUE, DANS UNE REGION DE L'OCEAN ATLANTIQUE NORD. LE FLUX ONDES COURTES, TERME PREPONDERANT DE CE BILAN, EST DETERMINE GRACE A LA METHODE HELIOSAT ADAPTEE AUX DONNEES DE BASSE RESOLUTION SPATIALE DU SATELLITE METEOSAT-4. A MESO-ECHELLE, SUR UNE BASE HORAIRE, NOUS METTONS EN RELIEF LA GRANDE VARIABILITE DU FLUX SOLAIRE A LA SURFACE. LES RESULTATS DE COMPARAISON AVEC DES MESURES IN SITU SUR NOTRE ZONE D'ETUDE SONT SATISFAISANTS. NOUS ESTIMONS LES PERFORMANCES DE HUIT FORMULATIONS SEMI-EMPIRIQUES USUELLES SUR LA RESTITUTION DU FLUX ONDES LONGUES NET EN UTILISANT DES MOYENNES MENSUELLES CLIMATOLOGIQUES OU DES MESURES IN SITU DES PARAMETRES SURFACIQUES. NOUS TESTONS ENSUITE UNE METHODE DEVELOPPEE POUR L'UTILISATION DE DONNEES SATELLITAIRES. MAIS LA VALIDATION DE CE MODELE SUR NOTRE ZONE D'ETUDE S'AVERE PLUS MAUVAISE QUE L'UTILISATION DE SIMPLES RELATIONS SEMI-EMPIRIQUES. NOUS EVALUONS QUALITATIVEMENT ET QUANTITATIVEMENT L'IMPACT DE L'ENNUAGEMENT SUR LES FLUX RADIATIFS EN REALISANT UNE CLASSIFICATION DES TYPES DE CIELS SELON LA NEBULOSITE TOTALE. NOUS REALISONS ENSUITE DES MOYENNES CLIMATOLOGIQUES DES FLUX DE SURFACE ETUDIES AFIN D'EN DEDUIRE LE BILAN THERMIQUE NET SUR NOTRE ZONE D'ETUDE ET NOUS ANALYSONS SES VARIATIONS ZONALES POUR LES MOIS DE SEPTEMBRE ET D'OCTOBRE. DANS UNE DERNIERE PARTIE, NOUS NOUS FOCALISONS SUR L'OBSERVATION IN SITU DE TROIS SITUATIONS METEOROLOGIQUES PARTICULIERES AFIN D'ESTIMER L'IMPACT DE LA VARIABILITE SPATIO-TEMPORELLE POUR LA RESTITUTION DE CE BILAN. DES VARIATIONS SIGNIFICATIVES DES FLUX ESTIMES SONT MISES EN EVIDENCE EN FONCTION DE LA DUREE DE MOYENNISATION AINSI QU'EN FONCTION DES METHODES DE SOUS-ECHANTILLONNAGE SPATIAL UTILISEES POUR LA CONSTRUCTION DES IMAGES SATELLITAIRES.Bibliographie: 137 REF..Thèse : .Sujet : Nuage ;Météorologie ;Télédétection ;Océan Atlantique Sud ;Transfert masse ;Echange énergie ;Observation par satellite ;Interaction atmosphère océan ;Meteosat ;Modélisation ;Climat ;Turbulence océanique ;Ennuagement ;Télédétection ;Satellite ;Satellite Meteosat ;Climatologie ;Nébulosité ;Image satellitaire Sujet Catégorie : TELEDETECTION
Current location Call number Status Notes Date due Barcode
Bib. Paris
EMP 145.271 CCL.TH.869 Available Aussi disponible en ligne http://pastel.archives-ouvertes.fr/pastel-00956592 EMP52442D
Bib. Paris
EMP 145.481 CCL.TH.873 Available Aussi disponible en ligne http://pastel.archives-ouvertes.fr/pastel-00956592 EMP52682D
Sophia Antipolis
EMS T-CENERG-037 Sur demande Aussi disponible en ligne http://pastel.archives-ouvertes.fr/pastel-00956592 EMS T-CENERG-037

137 REF.

Thèse de doctorat Terre, océan, espace Nice 1996

LE TRAVAIL PRESENTE PORTE SUR L'ETUDE DES ECHANGES D'ENERGIE ET DE MATIERE, AU TRAVERS DU BILAN THERMIQUE NET A LA SURFACE OCEANIQUE, DANS UNE REGION DE L'OCEAN ATLANTIQUE NORD. LE FLUX ONDES COURTES, TERME PREPONDERANT DE CE BILAN, EST DETERMINE GRACE A LA METHODE HELIOSAT ADAPTEE AUX DONNEES DE BASSE RESOLUTION SPATIALE DU SATELLITE METEOSAT-4. A MESO-ECHELLE, SUR UNE BASE HORAIRE, NOUS METTONS EN RELIEF LA GRANDE VARIABILITE DU FLUX SOLAIRE A LA SURFACE. LES RESULTATS DE COMPARAISON AVEC DES MESURES IN SITU SUR NOTRE ZONE D'ETUDE SONT SATISFAISANTS. NOUS ESTIMONS LES PERFORMANCES DE HUIT FORMULATIONS SEMI-EMPIRIQUES USUELLES SUR LA RESTITUTION DU FLUX ONDES LONGUES NET EN UTILISANT DES MOYENNES MENSUELLES CLIMATOLOGIQUES OU DES MESURES IN SITU DES PARAMETRES SURFACIQUES. NOUS TESTONS ENSUITE UNE METHODE DEVELOPPEE POUR L'UTILISATION DE DONNEES SATELLITAIRES. MAIS LA VALIDATION DE CE MODELE SUR NOTRE ZONE D'ETUDE S'AVERE PLUS MAUVAISE QUE L'UTILISATION DE SIMPLES RELATIONS SEMI-EMPIRIQUES. NOUS EVALUONS QUALITATIVEMENT ET QUANTITATIVEMENT L'IMPACT DE L'ENNUAGEMENT SUR LES FLUX RADIATIFS EN REALISANT UNE CLASSIFICATION DES TYPES DE CIELS SELON LA NEBULOSITE TOTALE. NOUS REALISONS ENSUITE DES MOYENNES CLIMATOLOGIQUES DES FLUX DE SURFACE ETUDIES AFIN D'EN DEDUIRE LE BILAN THERMIQUE NET SUR NOTRE ZONE D'ETUDE ET NOUS ANALYSONS SES VARIATIONS ZONALES POUR LES MOIS DE SEPTEMBRE ET D'OCTOBRE. DANS UNE DERNIERE PARTIE, NOUS NOUS FOCALISONS SUR L'OBSERVATION IN SITU DE TROIS SITUATIONS METEOROLOGIQUES PARTICULIERES AFIN D'ESTIMER L'IMPACT DE LA VARIABILITE SPATIO-TEMPORELLE POUR LA RESTITUTION DE CE BILAN. DES VARIATIONS SIGNIFICATIVES DES FLUX ESTIMES SONT MISES EN EVIDENCE EN FONCTION DE LA DUREE DE MOYENNISATION AINSI QU'EN FONCTION DES METHODES DE SOUS-ECHANTILLONNAGE SPATIAL UTILISEES POUR LA CONSTRUCTION DES IMAGES SATELLITAIRES

Powered by Koha