Normal view MARC view ISBD view

Représentation spatiale des risques de propagation des pollutions par hydrocarbures en milieu souterrain : application en milieu alluvial / Wolfram Anker ; sous la direction de Didier Graillot

Auteur principal : Anker, WolframAuteur secondaire : : Graillot, Didier, 1953-...., Directeur de thèseAuteur secondaire collectivité : École nationale supérieure des mines, Paris, Organisme de soutenance;École nationale supérieure des mines, Saint-Etienne, Autre partenaire associé à la thèsePublication : 1997Description : 1 vol. (258 p.) : ill. ; 30 cmClassification : 001.e.01.o.04_001.e.01.n.02 ; 001.E.01.O.04_001.E.01.N.02 ; 550Résumé : Ce travail de thèse est destiné à l'élaboration d'une méthodologie d'analyse des risques issus des pollutions accidentelles par hydrocarbures. Cette méthodologie s'appuie sur l'intégration d'outils de modélisation des phénomènes complexes de pollution des eaux souterraines par les LNAPL (Light Non Aqueous Phase Liquids). En zone non saturée, il s'agit de représenter un écoulement polyphasique puisque les phases air, eau et huile coexistent. La modélisation de la propagation d'une pollution polyphasique se heurte aux limites dues aux nombreuses incertitudes introduites par les phénomènes de non-linéarité. Néanmoins, les échelles spatiales et temporelles sont plus petites qu'en zone saturée. De ce fait, l'erreur introduite pour l'estimation des risques est moins importante. En zone saturée, la propagation de la pollution se fait sous forme dissoute. Nous effectuons la simulation par approche hydrodispersive. Dans cette zone, la direction de propagation est essentiellement horizontale. Il est donc nécessaire de disposer d'un outil d'analyse spatiale pour estimer les risques de propagation. Pour obtenir une erreur homogène sur tout le trajet de propagation d'une pollution ponctuelle, il faut prendre en compte l'influence de l'échelle à laquelle les coefficients de dispersivité sont déterminés. A l'aide d'un système d'information géographique, les paramètres d'un site d'application test sont introduits dans les modèles hydrodynamiques. L'interprétation des résultats s'effectue par analyse spatiale pour représenter l'évolution spatio-temporelle de la propagation de la pollution..Bibliographie: Bibliographie p.149-159. Index.Thèse : .Sujet - Nom d'actualité : Hydrogéologie -- Thèses et écrits académiques ;Eau -- Pollution par les hydrocarbures -- Évaluation du risque -- Thèses et écrits académiques ;Systèmes d'information géographique -- Thèses et écrits académiques Sujet : Hydrocarbure ;Transport en solution ;Milieu poreux ;Ecoulement polyphasique ;Pollution ;Système information géographique ;Représentation graphique Sujet Catégorie : ENVIRONNEMENT-ECOLOGIE
Current location Call number Status Date due Barcode
Bib. Paris
Magasin
EMP 146.369 CCL.TH.900 Available EMP54453D
Bib. Paris
Magasin
EMP 146.370 CCL.TH.900 Indisponible EMP54452D

Bibliographie p.149-159. Index

Thèse de doctorat Hydrologie et Hydrogéologie quantitatives ENSMP 1997

Ce travail de thèse est destiné à l'élaboration d'une méthodologie d'analyse des risques issus des pollutions accidentelles par hydrocarbures. Cette méthodologie s'appuie sur l'intégration d'outils de modélisation des phénomènes complexes de pollution des eaux souterraines par les LNAPL (Light Non Aqueous Phase Liquids). En zone non saturée, il s'agit de représenter un écoulement polyphasique puisque les phases air, eau et huile coexistent. La modélisation de la propagation d'une pollution polyphasique se heurte aux limites dues aux nombreuses incertitudes introduites par les phénomènes de non-linéarité. Néanmoins, les échelles spatiales et temporelles sont plus petites qu'en zone saturée. De ce fait, l'erreur introduite pour l'estimation des risques est moins importante. En zone saturée, la propagation de la pollution se fait sous forme dissoute. Nous effectuons la simulation par approche hydrodispersive. Dans cette zone, la direction de propagation est essentiellement horizontale. Il est donc nécessaire de disposer d'un outil d'analyse spatiale pour estimer les risques de propagation. Pour obtenir une erreur homogène sur tout le trajet de propagation d'une pollution ponctuelle, il faut prendre en compte l'influence de l'échelle à laquelle les coefficients de dispersivité sont déterminés. A l'aide d'un système d'information géographique, les paramètres d'un site d'application test sont introduits dans les modèles hydrodynamiques. L'interprétation des résultats s'effectue par analyse spatiale pour représenter l'évolution spatio-temporelle de la propagation de la pollution.

Powered by Koha