Normal view MARC view ISBD view

L'intégration de la comptabilité générale, de la comptabilité analytique et des flux de trésorerie [] = The integration of financial accounting, management accounting and cash flow accounting : [une réponse aux besoins des entreprises] : the user's opinion / Groupe HEC, [Direction de la recherche] ; Hervé Stolowy, Philoppe Touron, eng

Auteur secondaire : : Stolowy, Hervé, ;Touron, Philippe, 1970 -...., Auteur secondaire collectivité : Groupe HEC, Jouy-en-Josas, Yvelines, Direction de la recherche, Publication :Jouy-en-Josas : Groupe HEC, Paris : Chambre de commerce et d'industrie, 1997, 78-Jouy-en-JosasDescription : 1 vol. (74-V-69) p. ; 30 cmISBN : 2-85418-623-0.Résumé : La gestion, notamment dans les PME, se caractérise souvent par un morcellement : priorité est accordée à la comptabilité générale, considérée comme la comptabilité officielle ; parallèlement, est adossée une comptabilité des coûts (comptabilité analytique ou de gestion) plus ou moins bien intégrée à la première ; enfin par une reprise des balances ou une différence des bilans, une analyse des flux de trésorerie, sous forme de tableau de financement, souvent déconnectée du système comptable, est obtenue. Ce morcellement des instruments de gestion est préjudiciable à la vie de l'entreprise et plusieurs effets néfastes peuvent se faire sentir : désintérêt pour les documents de synthèse issus de la comptabilité générale, confection par les dirigeants de tableaux de bord extra-comptables, conviction que la comptabilité générale est un instrument rigide au service du passé... Cependant, avec le développement de logiciels récents "prêts à l'emploi", des entreprises qui, pour des raisons de coût ou par manque de ressources, avaient des systèmes comptables "classiques", ont décidé d'adopter ces logiciels permettant une intégration de la comptabilité générale, de la comptabilité analytique et des flux de trésorerie. L'étude suivante ne concerne que la comptabilité intégrée qui est une forme particulière d'intégration des systèmes comptables et s'appuie sur la saisie d'une troisième dimension. L'intérêt d'une telle approche pour des PME a fait l'objet de nombreux développements théoriques en France mais il n'y a pas eu, à notre connaissance, de validation empirique de son intérêt réel. Le but de cette recherche est de recueillir l'opinion des utilisateurs de la comptabilité intégrée. Cette opinion, telle qu'elle ressort de notre recherche, fait apparaître un double impact : en termes d'informations, tout d'abord, mais également dans le domaine de l'organisation des entreprises. Il existe une nette amélioration de la qualité des informations qui sont plus fiables et plus pertinentes après l'adoption de la comptabilité intégrée par les entreprises. Par ailleurs, le système permet l'obtention d'informations plus fiables pour deux raisons. Tout d'abord, les informations proviennent d'une source unique et non ambigüe. Ensuite, elles sont disponibles plus souvent, c'est-à-dire avec une fréquence plus élevée et dans les délais plus courts..Bibliographie: Bibliogr. p 56-59 (partie en français); Bibliogr. p. 52-54 (partie en anglais).Sujet - Nom d'actualité : Intégration (comptabilité) Sujet : Gestion trésorerie ;Trésorerie ;Comptabilité analytique ;Comptabilité générale ;Gestion entreprise Sujet Catégorie : ECONOMIE-FINANCES-GESTION List(s) this item appears in: doubles cellule 6
Current location Call number Status Date due Barcode
Bib. Paris
EMP C 149 (623) Available EMP57159D

Texte en anglais et en français. Les 2 parties de l'ouvrage sont présentées tête-bêche

Bibliogr. p 56-59 (partie en français)

Bibliogr. p. 52-54 (partie en anglais)

La gestion, notamment dans les PME, se caractérise souvent par un morcellement : priorité est accordée à la comptabilité générale, considérée comme la comptabilité officielle ; parallèlement, est adossée une comptabilité des coûts (comptabilité analytique ou de gestion) plus ou moins bien intégrée à la première ; enfin par une reprise des balances ou une différence des bilans, une analyse des flux de trésorerie, sous forme de tableau de financement, souvent déconnectée du système comptable, est obtenue. Ce morcellement des instruments de gestion est préjudiciable à la vie de l'entreprise et plusieurs effets néfastes peuvent se faire sentir : désintérêt pour les documents de synthèse issus de la comptabilité générale, confection par les dirigeants de tableaux de bord extra-comptables, conviction que la comptabilité générale est un instrument rigide au service du passé... Cependant, avec le développement de logiciels récents "prêts à l'emploi", des entreprises qui, pour des raisons de coût ou par manque de ressources, avaient des systèmes comptables "classiques", ont décidé d'adopter ces logiciels permettant une intégration de la comptabilité générale, de la comptabilité analytique et des flux de trésorerie. L'étude suivante ne concerne que la comptabilité intégrée qui est une forme particulière d'intégration des systèmes comptables et s'appuie sur la saisie d'une troisième dimension. L'intérêt d'une telle approche pour des PME a fait l'objet de nombreux développements théoriques en France mais il n'y a pas eu, à notre connaissance, de validation empirique de son intérêt réel. Le but de cette recherche est de recueillir l'opinion des utilisateurs de la comptabilité intégrée. Cette opinion, telle qu'elle ressort de notre recherche, fait apparaître un double impact : en termes d'informations, tout d'abord, mais également dans le domaine de l'organisation des entreprises. Il existe une nette amélioration de la qualité des informations qui sont plus fiables et plus pertinentes après l'adoption de la comptabilité intégrée par les entreprises. Par ailleurs, le système permet l'obtention d'informations plus fiables pour deux raisons. Tout d'abord, les informations proviennent d'une source unique et non ambigüe. Ensuite, elles sont disponibles plus souvent, c'est-à-dire avec une fréquence plus élevée et dans les délais plus courts.

Powered by Koha