Normal view MARC view ISBD view

Les conséquences sur l'emploi de la protection de l'environnement : l'apport des études de contenu en emploi / Philippe Quirion ; sous la dir. de Pierre Noel Giraud

Auteur principal : Quirion, PhilippeAuteur secondaire : : Giraud, Pierre-Noël, 1949-...., Directeur de thèseAuteur secondaire collectivité : École nationale supérieure des mines, Paris, Organisme de soutenance;Centre d'économie industrielle, Paris, Organisme de soutenancePublication : 1999Description : 1 vol. (291 p.) : ill. ; 30 cmClassification : 3950 3952 ; 330Résumé : Cette thèse a pour objet de cerner ce que les études de contenu en emploi peuvent apporter à notre compréhension des conséquences sur l'emploi des politiques de protection de l'environnement. Le principe de ces études est de calculer, pour différentes options techniques ou organisationnelles, le nombre d'emplois crées par franc dépensé. Ces estimations sont généralement réalisées par des calculs technico-économiques et/ou en utilisant un tableau entrées-sorties. Les quatre premiers chapitres justifient la méthode utilisée. En particulier, ils répondent à l'objection selon laquelle les études de contenu en emploi ne seraient pas pertinentes parce qu'elles ignoreraient les rétroactions macroéconomiques. Ils montrent également qu'en France, les options à faible intensité en travail sont particulièrement privilégiées par les entreprises. Une action volontariste des pouvoirs publics visant à enrichir le contenu en emploi de l’économie s’avère des lors d'autant plus justifiée. Reste à savoir si les politiques de l'environnement, présentés ou restant à définir, accroissent ou réduisent le contenu en emploi de l’économie. Je discute cette question pour les trois principaux domaines de la politique de l'environnement, à savoir l'air, les déchets et l'eau, ainsi que pour un problème émergent, celui des sites pollués. Le plus souvent, les politiques de protection de l'environnement ont un effet positif sur l'emploi. Cependant, cette conclusion souffre certaines exceptions. Un premier groupe d'exceptions est constitué par des options techniques et organisationnelles peu ambitieuses. Le second groupe d'exceptions est constitué par des mesures dites "en aval", ou "end of pipe", destinées à éliminer les polluants après leur production. or, ces solutions en aval peuvent presque toujours être remplacées, au moins partiellement, par des mesures alternatives, dites "en amont", qui visent à prévenir la production de polluants. Autrement dit, une politique de protection de l'environnement relativement radicale, c'est-à-dire qui évite les options les moins performantes d'un point de vue environnemental et qui préfère les options en amont a celles en aval lorsque ce choix existe, permettrait d'augmenter l'emploi..Bibliographie: Bibliogr. p. [265-283], 330 réf..Thèse : .Sujet - Nom d'actualité : Chômage -- Thèses et écrits académiques ;Ordures ménagères -- Thèses et écrits académiques Sujet : Assainissement ;Chômage ;Emploi ;Etude économique ;Evaluation projet ;Ordure ménagère ;Politique environnement ;Politique publique ;Pollution air ;Protection environnement Sujet Catégorie : EMPLOI-TRAVAIL/ENVIRONNEMENT-ECOLOGIE List(s) this item appears in: typdoc thèse à rajouter
Current location Call number Status Date due Barcode
Bib. Paris
EMP 147.517 CCL.TH.933 Indisponible EMP46222D
Bib. Paris
EMP 147.518 CCL.TH.933 Available EMP46221D

Publication autorisée par le jury

Bibliogr. p. [265-283], 330 réf.

Thèse de doctorat Économie industrielle ENSMP 1999

Cette thèse a pour objet de cerner ce que les études de contenu en emploi peuvent apporter à notre compréhension des conséquences sur l'emploi des politiques de protection de l'environnement. Le principe de ces études est de calculer, pour différentes options techniques ou organisationnelles, le nombre d'emplois crées par franc dépensé. Ces estimations sont généralement réalisées par des calculs technico-économiques et/ou en utilisant un tableau entrées-sorties. Les quatre premiers chapitres justifient la méthode utilisée. En particulier, ils répondent à l'objection selon laquelle les études de contenu en emploi ne seraient pas pertinentes parce qu'elles ignoreraient les rétroactions macroéconomiques. Ils montrent également qu'en France, les options à faible intensité en travail sont particulièrement privilégiées par les entreprises. Une action volontariste des pouvoirs publics visant à enrichir le contenu en emploi de l’économie s’avère des lors d'autant plus justifiée. Reste à savoir si les politiques de l'environnement, présentés ou restant à définir, accroissent ou réduisent le contenu en emploi de l’économie. Je discute cette question pour les trois principaux domaines de la politique de l'environnement, à savoir l'air, les déchets et l'eau, ainsi que pour un problème émergent, celui des sites pollués. Le plus souvent, les politiques de protection de l'environnement ont un effet positif sur l'emploi. Cependant, cette conclusion souffre certaines exceptions. Un premier groupe d'exceptions est constitué par des options techniques et organisationnelles peu ambitieuses. Le second groupe d'exceptions est constitué par des mesures dites "en aval", ou "end of pipe", destinées à éliminer les polluants après leur production. or, ces solutions en aval peuvent presque toujours être remplacées, au moins partiellement, par des mesures alternatives, dites "en amont", qui visent à prévenir la production de polluants. Autrement dit, une politique de protection de l'environnement relativement radicale, c'est-à-dire qui évite les options les moins performantes d'un point de vue environnemental et qui préfère les options en amont a celles en aval lorsque ce choix existe, permettrait d'augmenter l'emploi.

Powered by Koha