Normal view MARC view ISBD view

Analyse de la formation des prix pour le Transport Routier de Marchandises, Transports Intérieurs Longue Distance [] / Groupe HEC, [Direction de la recherche] ; Patrick Le Maire

Auteur principal collectivité : Groupe HEC, Jouy-en-Josas, Yvelines, Direction de la recherche, Auteur secondaire : : Le Maire, Patrick, 1942-...., Publication : Jouy-en-Josas : Groupe HEC, Paris : Chambre de commerce et d'industrie, 1998, 78-Jouy-en-Josas : Impr. Groupe CCIP-EPLDescription : 1 vol. (49-IV f.) : graph ; 30 cmISBN : 2-85418-660-5.Dewey: 330Résumé : Les prix du Transport Routier de Marchandises ont été administrés jusqu'en 1988. Le tarif obligatoire était administré par les pouvoirs publics. Le Centre National Routier, organisme professionnel était chargé de la surveillance des prix, par l'intermédiaire d'un corps de contrôleurs chargés de vérifier que les prix réellement pratiqués n'étaient pas inférieurs au tarif de référence. La libéralisation des prix a tiré ceux-ci vers le bas. Ce mouvement a été amplifié par une offre de transport abondante et mal contrôlée. L'évolution des prix de revient a, au contraire, montré des augmentations liées essentiellement à deux facteurs : 1) l'évolution des prix du carburant, 2) l'évolution des coûts salariaux. L'objet de notre recherche est de comparer sur une étude de trente mois (entre les mois de Juillet 1995 et Décembre 1997) les évolutions des prix pratiqués, de la formation de ces prix en fonction des différentes variables explicatives possibles (distance, poids, etc.), et des prix de revient. Nous avons mis en évidence une très légère progression des prix. Cette évolution globale masque deux évolutions différentes : 1) les prix des transports directs (facturés directement aux clients) augmente d'environ 2,5% sur la période, 2) les prix des transports affrétés stagnent, alors que les distances augmentent et les poids diminuent. Les évolutions des prix de revient sont très difficiles à évaluer, les seules données disponibles, celles du C.N.R. ne nous paraissant pas fiables. Cependant, une augmentation de l'ordre de 4% paraît vraisemblable. Dans une recherche, actuellement en cours, nous nous efforçons de reconstituer les séries des prix de revient depuis 1991. Les évolutions conduisent à un problème économique à court terme. Les accords récents entre les syndicats patronaux et les syndicats des chauffeurs routiers, s'ils sont réellement appliqués, conduisent, mécaniquement, à des augmentations sensibles des coûts salariaux. Les marges actuelles ne permettront pas, dans le respect de la législation en vigueur, d'absorber cette augmentation des coûts. La seule solution, pour un nombre important d'entreprises de transport, surtout les plus petites, semble être des gains de productivité, dont certains pourraient être illicites (non respect des temps de repos, des temps de conduite), mettant ainsi en danger l'ensemble de la population des automobilistes..Sujet - Nom d'actualité : Transport de marchandises -- France ;Transports routiers -- France -- Tarifs ;Camionnage -- France Sujet : Transport routier ;Transport marchandise ;Formation prix Sujet Catégorie : ECONOMIE-FINANCES-GESTION
Current location Call number Status Date due Barcode
Bib. Paris
EMP C 149 (660) Available EMP57759D

Les prix du Transport Routier de Marchandises ont été administrés jusqu'en 1988. Le tarif obligatoire était administré par les pouvoirs publics. Le Centre National Routier, organisme professionnel était chargé de la surveillance des prix, par l'intermédiaire d'un corps de contrôleurs chargés de vérifier que les prix réellement pratiqués n'étaient pas inférieurs au tarif de référence. La libéralisation des prix a tiré ceux-ci vers le bas. Ce mouvement a été amplifié par une offre de transport abondante et mal contrôlée. L'évolution des prix de revient a, au contraire, montré des augmentations liées essentiellement à deux facteurs : 1) l'évolution des prix du carburant, 2) l'évolution des coûts salariaux. L'objet de notre recherche est de comparer sur une étude de trente mois (entre les mois de Juillet 1995 et Décembre 1997) les évolutions des prix pratiqués, de la formation de ces prix en fonction des différentes variables explicatives possibles (distance, poids, etc.), et des prix de revient. Nous avons mis en évidence une très légère progression des prix. Cette évolution globale masque deux évolutions différentes : 1) les prix des transports directs (facturés directement aux clients) augmente d'environ 2,5% sur la période, 2) les prix des transports affrétés stagnent, alors que les distances augmentent et les poids diminuent. Les évolutions des prix de revient sont très difficiles à évaluer, les seules données disponibles, celles du C.N.R. ne nous paraissant pas fiables. Cependant, une augmentation de l'ordre de 4% paraît vraisemblable. Dans une recherche, actuellement en cours, nous nous efforçons de reconstituer les séries des prix de revient depuis 1991. Les évolutions conduisent à un problème économique à court terme. Les accords récents entre les syndicats patronaux et les syndicats des chauffeurs routiers, s'ils sont réellement appliqués, conduisent, mécaniquement, à des augmentations sensibles des coûts salariaux. Les marges actuelles ne permettront pas, dans le respect de la législation en vigueur, d'absorber cette augmentation des coûts. La seule solution, pour un nombre important d'entreprises de transport, surtout les plus petites, semble être des gains de productivité, dont certains pourraient être illicites (non respect des temps de repos, des temps de conduite), mettant ainsi en danger l'ensemble de la population des automobilistes.

Powered by Koha