Normal view MARC view ISBD view

Cinétiques de dilution isotopique et phosphore assimilable des sols [Texte imprimé] / Jean-Claude Fardeau

Auteur principal : Fardeau, Jean-Claude, 19..-2014, AuteurAuteur secondaire collectivité : Université Pierre et Marie Curie, Paris, 1971-2017, Organisme de soutenanceLangue :de résumé, Français ; de résumé, Anglais ; de page de contenus, Français.Publication : [S.l.] : [s.n.], 1981Description : 1 vol. (198 p.) : ill. ; 30 cmClassification : 002.A.32Résumé : Cette étude a permis d'obtenir, à partir des méthodes utilisées, la définition et la mesure de caractéristiques cinétiques décrivant la mobilité actuelle des ions phosphates et indépendante des périodes de mesure. L'hétérogénéité des formes de phosphore assimilable est illustrée et l'auteur propose d'en tenir compte dans une mise au point ultérieure de la définition du "phosphore assimilable". Le problème des applications de la méthode de dilution isotopique est abordé. L'objectif est d'analyser le mécanisme de dilution isotopique des ions phosphate dans les systèmes sol-solution et de présenter les relations existant entre formes isotopiquement diluables et formes assimilables. La première partie comporte deux chapitres essentiels. Dans le premier on expose les problèmes théoriques et pratiques de la méthode d'étude des systèmes complexes par la technique de dilution isotopique. Après avoir rappelé la complémentarité des méthodes compartimentale et stochastique, on expose, en les justifiant, certains points qu'il a été nécessaire d'adapter pour étudier les échanges isotopiques des ions phosphate entre sol et solution. Par rapport aux protocoles antérieurs, et pour se rapprocher au maximum de la théorie de l'emploi des traceurs, nous avons proposé : . de maintenir l'état stationnaire du système en supprimant l'entraîneur à l'instant de l'injection du radioisotope ; . d'effectuer des prélèvements et les séparations entre le sol et sa solution très rapidement (10 secondes environ) par emploi de filtres à pores calibrés ; . d'améliorer la détermination des radioactivités spécifiques des ions phosphate des solutions de sol en procédant à une centrifugation d'accélération supérieure à 120 000 g et en tenant compte de l'interférence silice. Dans le second chapitre on résume les utilisations du 32PO4, depuis leurs débuts en 1948 dans l'étude du phosphore assimilable. La synthèse des documents autorise les conclusions ci-après : . Il existe de manière quasi-générale une ambiguïté, sciemment maintenue, entre phosphore isotopiquement diluable et phosphore assimilable des sols. . Bien qu'un chercheur ait mis en évidence dès 1952 une cinétique d'échange isotopique des ions PO4 entre le sol et sa solution, démontrant ainsi la pluricompartimentalité du système, la majorité des agronomes et pédologues continuent de calculer et d'utiliser des quantités échangeables qu'ils considèrent comme homogènes. . Les chercheurs ayant admis l'existence des cinétiques de dilution isotopique peuvent être divisés en deux écoles : dans la première on peut situer les "inconditionnels" de l'analyse compartimentale et dans la seconde ceux qui, constatant des distorsions sérieuses avec la théorie, proposent simultanément une équation et un mécanisme physico-chimique qui en rendent compte. C'est ainsi que l'on a fait appel à la présence de réactions chimiques équilibrées, à l'existence de cristallisations et dissolutions concomitantes, à la diffusion ou bien encore à de nombreux compartiments en série....Bibliographie: Bibliogr. p. 165-176.Thèse : .Sujet - Nom d'actualité : Pétrologie -- Thèses et écrits académiques Sujet : Traceur ;Sol ;Dilution ;Isotope ;Phosphore ;Géochimie isotopique
Current location Call number Status Date due Barcode
Bib. Fontainebleau
Magasin
EMF 538(81-14) Available

Résumés en français et en anglais

Bibliogr. p. 165-176

Thèse de doctorat Sciences Paris 6 1981

Cette étude a permis d'obtenir, à partir des méthodes utilisées, la définition et la mesure de caractéristiques cinétiques décrivant la mobilité actuelle des ions phosphates et indépendante des périodes de mesure. L'hétérogénéité des formes de phosphore assimilable est illustrée et l'auteur propose d'en tenir compte dans une mise au point ultérieure de la définition du "phosphore assimilable". Le problème des applications de la méthode de dilution isotopique est abordé. L'objectif est d'analyser le mécanisme de dilution isotopique des ions phosphate dans les systèmes sol-solution et de présenter les relations existant entre formes isotopiquement diluables et formes assimilables. La première partie comporte deux chapitres essentiels. Dans le premier on expose les problèmes théoriques et pratiques de la méthode d'étude des systèmes complexes par la technique de dilution isotopique. Après avoir rappelé la complémentarité des méthodes compartimentale et stochastique, on expose, en les justifiant, certains points qu'il a été nécessaire d'adapter pour étudier les échanges isotopiques des ions phosphate entre sol et solution. Par rapport aux protocoles antérieurs, et pour se rapprocher au maximum de la théorie de l'emploi des traceurs, nous avons proposé : . de maintenir l'état stationnaire du système en supprimant l'entraîneur à l'instant de l'injection du radioisotope ; . d'effectuer des prélèvements et les séparations entre le sol et sa solution très rapidement (10 secondes environ) par emploi de filtres à pores calibrés ; . d'améliorer la détermination des radioactivités spécifiques des ions phosphate des solutions de sol en procédant à une centrifugation d'accélération supérieure à 120 000 g et en tenant compte de l'interférence silice. Dans le second chapitre on résume les utilisations du 32PO4, depuis leurs débuts en 1948 dans l'étude du phosphore assimilable. La synthèse des documents autorise les conclusions ci-après : . Il existe de manière quasi-générale une ambiguïté, sciemment maintenue, entre phosphore isotopiquement diluable et phosphore assimilable des sols. . Bien qu'un chercheur ait mis en évidence dès 1952 une cinétique d'échange isotopique des ions PO4 entre le sol et sa solution, démontrant ainsi la pluricompartimentalité du système, la majorité des agronomes et pédologues continuent de calculer et d'utiliser des quantités échangeables qu'ils considèrent comme homogènes. . Les chercheurs ayant admis l'existence des cinétiques de dilution isotopique peuvent être divisés en deux écoles : dans la première on peut situer les "inconditionnels" de l'analyse compartimentale et dans la seconde ceux qui, constatant des distorsions sérieuses avec la théorie, proposent simultanément une équation et un mécanisme physico-chimique qui en rendent compte. C'est ainsi que l'on a fait appel à la présence de réactions chimiques équilibrées, à l'existence de cristallisations et dissolutions concomitantes, à la diffusion ou bien encore à de nombreux compartiments en série...

/COMPLET/

Powered by Koha