Normal view MARC view ISBD view

Géométrie crustale et cinématique de l'extension tardi-orogénique dans le domaine Centre-Égéen [] : îles des Cyclades et d'Eubée, Grèce / Pierre Gautier

Auteur principal : Gautier, Pierre, 1966-....Auteur secondaire collectivité : Université de Rennes 1, Organisme de soutenancePublication : Rennes : Géosciences Rennes, 1995Description : 1 vol. (417 p.) : ill. en noir et en coul. ; 30 cmISBN : 2-905532-60-2.Dewey: 551.82Résumé : L'étude présentée est une contribution à l'analyse du problème de l'extension tardi-orogénique dans les chaînes de montagne, qui intéresse depuis une quinzaine d'années de nombreux spécialistes de la lithosphère continentale. Des études sismotectoniques, stratigraphiques, et l'analyse des populations de failles ont montré que le domaine continental égéen (Grèce) est largement affecté par une extension de type "arrière-arc" depuis au moins 13 Ma. Il est reconnu que cette extension se superpose aux structures de l'orogénèse hellénique mésozoïque-cénozoïque. Parmi les structures classiquement attribuées à la tectonique en chevauchement précoce, on distingue en particulier l'ensemble des déformations ductiles observées dans deux groupes d'unités à métamorphisme HP/BT traversant le domaine égéen. Le but de ce travail est de déterminer si, comme soupçonné depuis une dizaine d'années, une partie au moins de cette déformation ductile est le résultat d'une tectonique extensive et de préciser l'étendue, la cinématique et le contexte géodynamique de cette extension. Notre étude a consisté en une analyse structurale du centre de l'Egée (îles des Cyclades et d'Eubée, domaine HP interne), examinant en particulier la relation entre déformations ductile et fragile depuis l'affleurement jusqu'à l'échelle régionale. Les résultats de ce travail sont les suivants: L'extension apparaît responsable de la plus grande partie de la déformation ductile au sein des unités HP ayant largement subi les effets d'un second épisode metamorphique dans le faciès schiste vert ou de plus haute température. Sur chaque île et étudiée, une déformation progressive en extension est reconnue, liée au développement d'une zone de détachement majeure se prolongeant.jusqu'à environ 18-25 km de profondeur. Un déplacement important le lond de la zone de détachement rend compte du refroidissement et de l'exhumation rapides de la croûte inférieure ductile qui vient former localement un dôme métamorphique, ou "metamorphic core complex". Au moins deux -probablement trois- zones de détachement majeures sont idenltifiées à l'échelle du domaine centre-égéen, subparallèles et inclinées au nord, orientées NW-SE dans le nord-ouest des Cyclades et E-W dans le sud-est. Les inclinaisons initiales de ces zones de détachement sont estimées entre 30 et 45°. La géométrie actuelle du système extensif implique que les détachements et les dômes métamorphiques associés interfèrent les uns avec les autres. Les données structurales sont en faveur d'un modèle cinématique caractérisé par le développement séquentiel de zones de détachement synthétiques, dans une direction opposée à la pente des détachements. L'extension par détachements identifiée dans la région centre-égéenne est précoce (Oligocène-Miocène inférieur, âge minimal : 22-19 Ma) et liée à un contexte "arrière-arc" tardi-orogénique et post-épaississement. L'âge minimal de l'extension étant significativement plus ancien que l'âge de la collision entre Arabie et Eurasie ( 13 Ma), on en déduit que l'initiation de l'extension égéenne ne peut pas résulter de l'extrusion latérale de l'Anatolie depuis le front de la collision arabique vers l'Egée, ainsi qu'il est communément admis. Le contexte géodynamique permettant l'initiation de l'extension est probablement le développement de l'arc de subduction sud- hellénique tel qu'il existe encore actuellement.Bibliographie: Bibliogr. p. 403-417. Résumé.Thèse : .Sujet - Nom d'actualité : Tectonique -- Grèce -- Thèses et écrits académiques ;Stratigraphie -- Égée, Îles de la mer -- Thèses et écrits académiques ;Géodynamique -- Égée, Îles de la mer -- Thèses et écrits académiques Sujet - Nom géographique : -- Thèses et écrits académiques ;-- Thèses et écrits académiques Sujet : Zone subduction ;Cinématique ;Orogenèse ;Lithosphère ;Croûte continentale ;Extension tectonique Sujet Catégorie : TECTONIQUE
Current location Call number Status Date due Barcode
Bib. Fontainebleau
Magasin
EMF 536(61) Available EMF04502D

Contient des articles en anglais

Bibliogr. p. 403-417. Résumé

Texte remanié de Thèse de doctorat Géologie Rennes 1 1995

L'étude présentée est une contribution à l'analyse du problème de l'extension tardi-orogénique dans les chaînes de montagne, qui intéresse depuis une quinzaine d'années de nombreux spécialistes de la lithosphère continentale. Des études sismotectoniques, stratigraphiques, et l'analyse des populations de failles ont montré que le domaine continental égéen (Grèce) est largement affecté par une extension de type "arrière-arc" depuis au moins 13 Ma. Il est reconnu que cette extension se superpose aux structures de l'orogénèse hellénique mésozoïque-cénozoïque. Parmi les structures classiquement attribuées à la tectonique en chevauchement précoce, on distingue en particulier l'ensemble des déformations ductiles observées dans deux groupes d'unités à métamorphisme HP/BT traversant le domaine égéen. Le but de ce travail est de déterminer si, comme soupçonné depuis une dizaine d'années, une partie au moins de cette déformation ductile est le résultat d'une tectonique extensive et de préciser l'étendue, la cinématique et le contexte géodynamique de cette extension. Notre étude a consisté en une analyse structurale du centre de l'Egée (îles des Cyclades et d'Eubée, domaine HP interne), examinant en particulier la relation entre déformations ductile et fragile depuis l'affleurement jusqu'à l'échelle régionale. Les résultats de ce travail sont les suivants: L'extension apparaît responsable de la plus grande partie de la déformation ductile au sein des unités HP ayant largement subi les effets d'un second épisode metamorphique dans le faciès schiste vert ou de plus haute température. Sur chaque île et étudiée, une déformation progressive en extension est reconnue, liée au développement d'une zone de détachement majeure se prolongeant.jusqu'à environ 18-25 km de profondeur. Un déplacement important le lond de la zone de détachement rend compte du refroidissement et de l'exhumation rapides de la croûte inférieure ductile qui vient former localement un dôme métamorphique, ou "metamorphic core complex". Au moins deux -probablement trois- zones de détachement majeures sont idenltifiées à l'échelle du domaine centre-égéen, subparallèles et inclinées au nord, orientées NW-SE dans le nord-ouest des Cyclades et E-W dans le sud-est. Les inclinaisons initiales de ces zones de détachement sont estimées entre 30 et 45°. La géométrie actuelle du système extensif implique que les détachements et les dômes métamorphiques associés interfèrent les uns avec les autres. Les données structurales sont en faveur d'un modèle cinématique caractérisé par le développement séquentiel de zones de détachement synthétiques, dans une direction opposée à la pente des détachements. L'extension par détachements identifiée dans la région centre-égéenne est précoce (Oligocène-Miocène inférieur, âge minimal : 22-19 Ma) et liée à un contexte "arrière-arc" tardi-orogénique et post-épaississement. L'âge minimal de l'extension étant significativement plus ancien que l'âge de la collision entre Arabie et Eurasie ( 13 Ma), on en déduit que l'initiation de l'extension égéenne ne peut pas résulter de l'extrusion latérale de l'Anatolie depuis le front de la collision arabique vers l'Egée, ainsi qu'il est communément admis. Le contexte géodynamique permettant l'initiation de l'extension est probablement le développement de l'arc de subduction sud- hellénique tel qu'il existe encore actuellement

Powered by Koha