Normal view MARC view ISBD view

Vitesses et perméabilité des roches [] : modélisation du rôle des fluides et des fissures / Mickaële Le Ravalec

Auteur principal : Le Ravalec, MickaëleAuteur secondaire collectivité : Université de Rennes 1, Organisme de soutenancePublication : Rennes : Géosciences Rennes, 1996Description : 1 vol. (x-276 p.) : ill. en noir et en coul. ; 30 cmISBN : 2-905532-66-1.Dewey: 350Résumé : La caractérisation des fissures dans les roches est devenu un thème de recherche majeur pour de nombreuses applications géophysiques dans le domaine de la subsurface ou des réservoirs (entre autres l'exploration sismique, l'étude continue de l'évolution d'une zone de production en pétrole, gaz ou eau, le stockage de déchets toxiques, la géothermie ...). Cet intérêt pour les fissures provient de ce qu'elles se comportent à la fois comme des réserves de fluide et comme des chemins d'écoulement potentiels. Au cours de ce travail, nous nous sommes consacrés à l'étude des vitesses d'ondes se propageant dans les roches fissurées. Notre objectif est de modéliser, à partir d'une méthode différentielle auto-cohérente, l'influence de la fissuration et de la saturation en fluide sur les propriétés élastiques effectives et, par conséquent, sur les vitesses des ondes. Le modèle construit repose sur une hypothèse de géométrie simplifiée pour les inclusions poreuses: la porosité dite rigide est représentée par des sphères tandis que la porosité de type compressible (les fissures) est décrite par des ellipsoides de révolution. Des distributions isotropes et anisotropes de fissures ont été considérées. Ce modèle permet d'accéder aux modules élastiques effectifs d'une roche sèche ou d'une roche saturée à l'intérieur de laquelle le fluide est non relaxé. Aussi les vitesses calculées correspondent-elles à des fréquences élevées, de l'ordre de celles mises en jeu en laboratoire (MHz). Une seconde étape de cette étude permet de prédire la dispersion entre les vitesses à haute (MHz) et basse (Hz-kHz) fréquences. La dispersion de vitesse est attribuée à un écoulement local du fluide contrôlé par la variation de compressibilité des inclusions poreuses. Dans cette optique, le modèle différentiel auto-cohérent et la limite basse fréquence de la théorie de Biot ont été combinés. Nos résultats soulignent qu'une dispersion importante est attendue pour les roches fissurées, plus particulièrement dans le cas des ondes de cisaillement. Lorsque deux fluides coexistent dans l'espace poreux et que la saturation n'est pas uniforme, la modélisation des vitesses nécessite de prendre en compte une seconde famille d'hétérogénéités, assimilées à des poches correspondant à des zones de saturations différentes. Ces poches sont significatives d'une échelle beaucoup plus grande que celle des pores/fissures et sont à l'origine d'un second mécanisme de dispersion appelé mécanisme de l'écoulement de poche. Un modèle a été élaboré qui permet de décrire les vitesses en fonction de la saturation en tenant compte des hétérogénéités tant à l'échelle microscopique qu'à l'échelle des poches. Nous avons cherché à modéliser le comportement des vitesses mesurées en laboratoire sur des échantillons pendant des cycles d'imbibition/drainage. L'hystérésis de vitesse observé expérimentalement est simulé en considérant des distributions de fluide différentes suivant le processus de saturation impliqué. Les vitesses prédites s'accordent avec les données expérimentales. A l'aide d'une démarche analogue, on a montré que les anomalies de vitesses détectées avant certains séismes peuvent aussi être significatives d'une saturation non uniforme. Un dernier volet de ce travail, motivé par les recherches menées sur le stockage des déchets nucléaires, a été consacré à l'étude de la fissuration thermique dans des roches ignées. Deux processus de fissuration méritent d'être examinés. Le premier dépend de la dilatation thermique des minéraux et a été envisagé d'un point de vue expérimental. Le second est lié à la saturation en fluide de la roche. Un modèle a été réalisé afin d'analyser, pour des roches fissurées et saturées, l'effet de la fissuration thermique sur la perméabilité. Cette dernière s'avère contrôlée par deux effets antagonistes: la fermeture des fissures et l'amélioration de la connectivité. L'augmentation de perméabilité attendue pour une élévation de température atteignant 300°C reste modérée (1 à 2 ordres de grandeur).Bibliographie: Bibliogr. p. 269-276. Résumé.Thèse : .Sujet - Nom d'actualité : Interaction eau-roche -- Modèles mathématiques -- Thèses et écrits académiques ;Roches -- Perméabilité -- Modèles mathématiques -- Thèses et écrits académiques ;Élasticité -- Thèses et écrits académiques ;Roches, Mécanique des -- Thèses et écrits académiques Sujet : Modélisation ;Déformation sous contrainte ;Rhéologie ;Perméabilite ;Saturation ;Hétérogénéité ;Propriété élastique ;Milieu fissuré ;Propriété thermique ;Mécanique roche Sujet Catégorie : GEOPHYSIQUE
Current location Call number Status Date due Barcode
Bib. Fontainebleau
Magasin
EMF 536(67) Available EMF03430D

Contient des articles en anglais

Bibliogr. p. 269-276. Résumé

Texte remanié de Thèse de doctorat Géologie Rennes 1 1995

La caractérisation des fissures dans les roches est devenu un thème de recherche majeur pour de nombreuses applications géophysiques dans le domaine de la subsurface ou des réservoirs (entre autres l'exploration sismique, l'étude continue de l'évolution d'une zone de production en pétrole, gaz ou eau, le stockage de déchets toxiques, la géothermie ...). Cet intérêt pour les fissures provient de ce qu'elles se comportent à la fois comme des réserves de fluide et comme des chemins d'écoulement potentiels. Au cours de ce travail, nous nous sommes consacrés à l'étude des vitesses d'ondes se propageant dans les roches fissurées. Notre objectif est de modéliser, à partir d'une méthode différentielle auto-cohérente, l'influence de la fissuration et de la saturation en fluide sur les propriétés élastiques effectives et, par conséquent, sur les vitesses des ondes. Le modèle construit repose sur une hypothèse de géométrie simplifiée pour les inclusions poreuses: la porosité dite rigide est représentée par des sphères tandis que la porosité de type compressible (les fissures) est décrite par des ellipsoides de révolution. Des distributions isotropes et anisotropes de fissures ont été considérées. Ce modèle permet d'accéder aux modules élastiques effectifs d'une roche sèche ou d'une roche saturée à l'intérieur de laquelle le fluide est non relaxé. Aussi les vitesses calculées correspondent-elles à des fréquences élevées, de l'ordre de celles mises en jeu en laboratoire (MHz). Une seconde étape de cette étude permet de prédire la dispersion entre les vitesses à haute (MHz) et basse (Hz-kHz) fréquences. La dispersion de vitesse est attribuée à un écoulement local du fluide contrôlé par la variation de compressibilité des inclusions poreuses. Dans cette optique, le modèle différentiel auto-cohérent et la limite basse fréquence de la théorie de Biot ont été combinés. Nos résultats soulignent qu'une dispersion importante est attendue pour les roches fissurées, plus particulièrement dans le cas des ondes de cisaillement. Lorsque deux fluides coexistent dans l'espace poreux et que la saturation n'est pas uniforme, la modélisation des vitesses nécessite de prendre en compte une seconde famille d'hétérogénéités, assimilées à des poches correspondant à des zones de saturations différentes. Ces poches sont significatives d'une échelle beaucoup plus grande que celle des pores/fissures et sont à l'origine d'un second mécanisme de dispersion appelé mécanisme de l'écoulement de poche. Un modèle a été élaboré qui permet de décrire les vitesses en fonction de la saturation en tenant compte des hétérogénéités tant à l'échelle microscopique qu'à l'échelle des poches. Nous avons cherché à modéliser le comportement des vitesses mesurées en laboratoire sur des échantillons pendant des cycles d'imbibition/drainage. L'hystérésis de vitesse observé expérimentalement est simulé en considérant des distributions de fluide différentes suivant le processus de saturation impliqué. Les vitesses prédites s'accordent avec les données expérimentales. A l'aide d'une démarche analogue, on a montré que les anomalies de vitesses détectées avant certains séismes peuvent aussi être significatives d'une saturation non uniforme. Un dernier volet de ce travail, motivé par les recherches menées sur le stockage des déchets nucléaires, a été consacré à l'étude de la fissuration thermique dans des roches ignées. Deux processus de fissuration méritent d'être examinés. Le premier dépend de la dilatation thermique des minéraux et a été envisagé d'un point de vue expérimental. Le second est lié à la saturation en fluide de la roche. Un modèle a été réalisé afin d'analyser, pour des roches fissurées et saturées, l'effet de la fissuration thermique sur la perméabilité. Cette dernière s'avère contrôlée par deux effets antagonistes: la fermeture des fissures et l'amélioration de la connectivité. L'augmentation de perméabilité attendue pour une élévation de température atteignant 300°C reste modérée (1 à 2 ordres de grandeur)

Powered by Koha